Quel avenir pour l'appareil photo?

Les fabricants ne se portent pas mal en 2018, mais les statistiques devraient les inquiéter.

Papy reflex va prendre sa retraite

Dans la foulée du Dinosaurus Argentiquus qui est maintenant une espèce disparue, le Dinosaurus Reflexus est en très nette perte de vitesse comme on le montrent les chiffres du CIPA alors que les modèles à objectifs fixes sont rapidement remplacés par les smartphones...

CIPA en juin 2019

Evolution des ventes d'appareils à objectifs interchangeables et fixes

Le papy reflex n'essaie pas de faire de la résistance, les fabricants maintenant équipent les appareils mirrorless de capteurs full frame, ce qui était l'attribut des reflex il y a peu de temps, et ont ainsi trouvé un autre moyen de s'enrichir avec des appareils haut de gamme comme le Sony Alpha 7R III (3000€), le Nikon Z7 (4000€), ou le Canon EOS R (2500€).

Même les APS-C suivent la tendance. Le Sony A6000 était vendu à sa sortie à 600€, soit moins cher que son prédécesseur le NEX-6, mais son successeur le A6400 coûte à sa sortie 1000€, avec pour amélioration principale l'écran tactile limité du A5100. Ainsi les fabricants vendent moins d'appareils que par le passé, mais leur revenu augmente grâce à un passage des hybrides vers le luxe et des prix conséquents.
Cependant, combien de temps cela pourra-t-il durer? Le graphique fourni en lien montre une augmentation des ventes d'hybrides en 2017, mais c'est loin de compenser la diminution de celle des reflex depuis 2010.

Où sont passés les acheteurs de reflex?

Donc si la majorité des acheteurs ne sont pas convertis aux hybrides, où sont-ils passés? Il ne se sont probablement pas tournés vers les bridges en abandonnant leur ensemble d'objectifs coûteux et probablement pas non plus vers les smartphones qui n'offrent rien de comparable à un reflex. Donc que sont-ils devenus?

La réponse la plus probable est qu'ils ne sont allés nulle part. Ils se sont juste contentés de conserver leur matériel actuel qui leur suffit bien, tout comme les acheteurs d'ordinateurs de bureau se contentent de leur machine qui est bien assez puissante pour leur besoin, et n'ont pas besoin d'en acquérir une nouvelle. Il semble qu'une bonne partie de ces acheteurs voyaient l'appareil photo comme un objet de prestige qu'il faut posséder, et qu'il a perdu cette qualité au profit du smartphone haut de gamme.

L'année 2018 voit l'apparition chez Canon et Nikon, les deux plus importants fabricants (49% et 26% de parts de marché respectivement), présenter des hybrides haut de gamme capables de concurrencer les reflex professionnel, et rejoignent ainsi Sony. Canon, Sony et Panasonic fournissent aussi des hybrides plus populaires. L'avenir le plus proche semble être dans ces appareils.

Mais dans le domaine des appareils compacts, le concurrent qu'est le smartphone fait des ravages comme on le verra avec le tableau statistique en bas de page.

La concurrence des smartphones

Une grande partie des utilisateurs a perdu l'usage d'un appareil photo, se contentant d'utiliser un smartphone qui fait d'aussi belles images, offre la plupart de ses fonctions et a l'avantage d'être toujours dans la poche ou le sac. Avec le paradoxe qu'on fait de plus en plus de photos, mais qu'on achète de moins en moins d'appareils...

Le plus grand avantage que conserve l'appareil photo, c'est le zoom. La magnification 30x est devenue courante sur les compacts et 60x sur les bridges. Même en multipliant les lentilles, les smartphones ne parviennent qu'à un faible 5x qui est purement digital!

Cela pourrait changer toutefois. Imaginons qu'un fabricant propose un smarphone à objectifs interchangeables et propose des objectifs pour les portraits, les macro, le zoom, alors une bonne partie du marché échapperait encore aux fabricants d'hybrides. Ce smartphone à objectifs interchangeable pourrait reprendre le concept très simple ci-dessous, imaginé par Bluejean.fr:

Smartphone à objectif amovible

Quand on voudra utiliser le mobile pour des photos sophistiquées, on fera glisser le support de la lentille et cela fera apparaître le capteur nu, comme sur un hybride. On insèrera alors à la place l'objectif de son choix, grand angle ou téléobjectif et on disposera d'un appareil photo avec un écran haute résolution et un processeur surpuissant. Avec connexion directe à Internet!

Peut-on sauver le soldat Nikon?

Des trois principaux fabricants d'appareils, Canon, Sony et Nikon, le dernier est le seul actuellement à être en difficulté. Il tente d'innover pourtant avec le P1000 au zoom 125x, mais a abandonné le marché des hybrides grand public et c'est son erreur: c'est le seul marché qui soit stable selon le graphe statistique. Celui des compacts et bridges à chuté depuis 2010 plus que celui des reflex.

Ce serait quand même dommage que l'appareil photo ne devienne un produit rare, réservé à une riche élite. Faire une photo avec un smartphone est pratique, mais pas comparable au plaisir de tenir un appareil, appuyer sur ses boutons de réglages ou faire tourner ses molettes. Il y a aussi de réelles possibilités à ajouter à un boitier d'appareil photo (les applications notamment), qui échappent aux fabricants, par manque d'ouverture d'esprit.

Panasonic, qui ne fait pas partie des trois principaux vendeurs, innove chaque année un peu cependant et propose par exemple depuis longtemps un écran tactile que Sony n'exploite pas encore totalement. Mais ces innovations ne sortent pas du cadre de ce qu'est un appareil classique. L'écran tactile, le focus stacking (voir lexique) facilitent la prise de vue, mais n'étendent pas les fonctions d'un appareil alors que le smartphone avec ses multiples applications ne cesse lui, d'en offrir de nouvelles.

Les fabricants doivent se réinventer. Pourquoi continuer à produire des processeurs spécialisés qui coûtent cher en investissements plutôt que de choisir parmi les processeurs de smarphones qui sont en fait bien plus performants. Et pourquoi ne pas rendre les appareils facilement programmables avec une interface sur ordinateur ou smartphone? Et faire plus que transférer des photos... On imagine aussi la révolution si les techniques de traitement d'images utilisées sur les smartphones venaient aux appareils photos...

Statistiques des ventes d'appareils photo, 2012-2018

Evolution des ventes mondiales d'appareils photo depuis 2012, en millions d'appareils (Source CIPA)

Les ventes totales ont été divisées par 5 en six ans. Celle des reflex par 2.5. Il se vend 9 fois moins d'appareils à objectif fixes qu'en 2012, et le nombre d'unités vendues devient inférieur à celui des appareils à objectif interchangeable en 2018.

  2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Reflex 16.200 13.826 10.550 9709 8.449 7.596 6656
Hybrides 3.957 3.306 3.289 3345 3.159 4.080 4257
Compacts/Bridges 77.982 45.708 29595 22.341 12.582 13.303 8663

Les chiffres pour 2018 publiés en février 2019 montrent une baisse de 12% des ventes de reflex et une hausse seulement de 4% des hybrides (normal vu le prix des appareils sortis dans l'année). Il s'est vendu 35% moins de bridges et compacts. Les ventes totales d'appareils photo ont baissé de 24% sur un an.
Les revenus des fabriquants ont augmenté quand à eux, mais cette politique d'augmentation des prix va trouver ses limites et on aura de moins en moins envie de remplacer son appareil par un plus récent.
Entre 2010 et 2018, le nombre total d'appareils vendus dans le monde à baissé de 84%.

Voir aussi: