Non, le cancer n'est pas une question de malchance...

Cela a fait les titres de nombreux journaux, mais c'est sur la base d'une mauvaise interprétation d'une étude scientique que cette nouvelle a été lancée...

Voici le titre de cette étude

Variation in cancer risk among tissues can be explained by the number of stem cell divisions

La variation du risque de cancer parmi les tissus peut être expliquée par le nombre de divisions de cellules souches.

Et l'étude explique qu'en se divisant, les cellules ont un risque de mal se reproduire et ainsi d'engendrer un cancer. Le cancer est donc une question de malchance.

Cela a fait les gros titres de journaux américains d'abord... Par exemple le magazine Forbes....

Cancer bad luck

Puis des journaux français on repris l'information à grand fracas...

L'express...

Cancer malchance par l'Express

Le nouvel observateur...

Cancer malchance l'obs

C'est une bonne nouvelle pour les intempérants... Pourquoi se priver de fumer, de boire, de manger n'importe quoi puisque c'est la malchance qui provoque les cancers...

Ce qui nous interpelle, c'est le nombre de personnes que l'on connait, comme Patrick Swayze, Humphrey Bogart et tant d'autres qui fumaient et buvaient sont mort relativement jeunes de cette maladie...

En réalité, l'étude ne dit pas que le nombre de cancers est une question de malchance. Elle dit que la réplication de l'ADN explique les variations du risque de cancer selon le type de tissu, cela n'explique pas le risque de cancer pour l'individu.

Ces journaux se sont-ils donné la peine de lire l'article scientifique dont ils reprennent, soi-disant, les résultats? Apparemment non!

Les auteurs de l'étude ont analysé les données relatives à l'historique du risque de cancer pour 31 types de la maladie, et pour chaque type, ont calculé le taux de division cellulaire. Ils ont ensuite comparé les chiffres et constaté une corrélation entre la variation de risque de cancer et le nombre de divisions. Conclusion, plus il y a de divisions et plus la variation du risque augmente.

On obtient un ratio des deux tiers dans les variations de risque de cancer liés à la division cellulaire. Mais ces variations elles-mêmes ne représentent qu'une infime proportion du nombre de cancers. De même que le vent qui souffle sur une fenêtre peut influer sur la variation de température dans la salle sur la durée d'une minute, mais cette variation de température est infime par rapport à la température elle-même. Ainsi, quand il n'y a pas de vent, la température varie d'un dixième de dégré, et quand il y a du vent, elle varie de trois dixièmes de degré, donc dans un ratio de 1 à 3, mais cela ne fait pas varier la température de la pièce elle-même des deux tiers!

En conclusion les chercheurs ont calculé qu'il y a deux tiers de différence en risque de cancer parmi les différents tissus qui sont dus à la division cellulaire. Certainement pas que deux tiers des cancers ont cette origine comme on l'a compris. Eviter les comportements à risques, choisir sont alimentation (5 fruits et légumes par jours), est toujours de bon conseil pour espérer vivre plus longtemps!